Le Chemin

6

Poème :

Sur la route sur du Bonheur
Je marchais dans la rue hier,
Comme toutes les autres journées,
Sur la rue de la Joie,
Où tous sourient et s’amusent,
Et où personne ne pleure,
Personne ne ressent
Et personne ne se plaint,
Quand tu traverses la rue de la tristesse,
Et que tu es rendue sur cette rue,
Tu dois effacer tes pleurs,
Et coller un sourire à ton visage,
Et oublier ta souffrance,
Sinon on te regarde comme un intrus,
Et on t’exclue,
C’est drôle,
Parce que les gens heureux,
Sur la route du malheur,
Eux,
Sont acceptés,
Comme quoi les plus malheureux sont les plus généreux,
Et lea plus heureux les plus têtus,
Car les heureux veulent garder leur joie,
Et les malheureux veulent de l’aide,
Pourtant,
Je marchais hier,
Comme toutes les autres journées,
Sur la route du bonheur,
En essayant de le trouver,
Dans celui des autres,
Et je me disais,
Comme les autres jours:
 » Mais quel monde de fou!
N’acceptant pas tous,
Rejetant,
Se moquant,
Fuyant leurs émotions,
Et n’aidant pas ceux atteints de malheur.
Oh mais dans quel monde de fou,
Je vis?! « .
Mais comme toutes les autres journées,
J’accrochai un sourire sur mon visage en passant dans la rue,
Effaçant mes larmes,
Me taisant et faisant semblant,
Que j’aimais le monde où j’étais née,
Par peur de me faire rejeter,
Par différence.

– Marie-Pierre Desrosiers