Finale des Jeux du Québec 2019

Quel plaisir j’ai eu à participer à cette finale ! Ce ne fut pas de tout repos et le traitement/transfert des fichiers fut un défi qui m’a permis de prendre de l’expérience et d’apprendre beaucoup.

Mais globalement, j’ai adoré mon expérience. La camaraderie avec les autres photographes de l’équipe, c’est merveilleux. Merci à Michel et François pour leur colossal travail de coordination. Je dois souligner l’efficacité de l’organisation de la Finale, tout était bien organisé, avec beaucoup de bénévoles serviables et souriants.

J’avoue que j’admire ces jeunes athlètes qui ont vécu une superbe semaine et donné tout un spectacle. Ils ont performé au mieux de leur talent, et c’était beau de voir ces jeunes sportifs qui seront sans doute nos idoles de demain. Durant la semaine j’ai eu la chance de couvrir 5 sports. Pour 3 de ces sports, c’était la première fois que j’avais la chance d’assister à une compétition. J’ai beaucoup aimé découvrir les petites facettes et les petits détails propres à chaque sport. Entre autres, le respect et le cérémonial au Karaté, le fun et la joie de vivre de la Nage Synchro, la rigueur technique et la concentration à l’haltérophilie…. etc.

J’espère bien pouvoir renouveler cette expérience dans le futur. Je conclus cet article avec quelques unes de mes meilleures photos de la semaine.

Connais-tu l’histoire…

C’est en sifflotant que je rentre de ma première journée de couverture photo de la Finale de Jeux du Québec 2019. Je sifflote l’air des Jeux que j’ai entendu en continu toute la journée. Je risque de l’avoir dans la tête toute la semaine. C’est le même air, la même chanson depuis toujours, pareil que quand j’étais jeune et que je regardais les compétitions à la télévision….. probablement aux Héros du Samedi. Ne me demandez pas de chanter la chanson, ce n’est pas ma spécialité.

Mais par contre, j’ai le goût de vous raconter l’histoire de ma journée. Ou plutôt, quelques petites histoires vécues durant la journée.

Les Jeux, c’est l’histoire de ces bénévoles, d’un certain âge, qui ont l’air plus jeunes que leur âge….parce qu’ils se sont gardés jeunes. Ces personnes étaient là lors de la finale de JDQ en …. 1985 !

Les Jeux, c’est ‘histoire de ces jeunes, qui prennent le temps d’entrer dans la salle des bénévoles, seulement pour remercier les organisateurs. Très touchant.

Les Jeux c’est l’histoire de ces thérapeutes qui font des merveilles pour soigner les petits bobos.

Les Jeux, c’est ces Juges-Arbitres qui sont tellement sympas.

Les Jeux c’est surtout ces jeunes athlètes qui donnent tout ce qu’ils ont dans le ventre, pour remporter la victoire. Certains gagnent et d’autres perdent. Mais ils sont tous gagnants au final.

Auto Portraits

Anecdote récente: on me demande si je peux donner mon avis sur une idée/projet d’autoportraits. Ça m’a fait sourire et j’ai accepté avec plaisir. C’est un fait que j’en ai fait pas mal depuis que je pratique la photographie. Au départ j’ai commencé cela durant un projet 365, quand j’étais en mal d’idée originale, je me prenais en photo. Et je manquais souvent d’idées! En tout cas ça m’a permis de garnir ma banque de photos de profil de médias sociaux. Mais au fil du temps c’est devenu un défi et je me suis mis à réfléchir plus longuement pour créer des autoportraits plus élaborés. Je voulais qu’ils soient toujours différents, alors j’ai pris cela un peu comme du théâtre (cela dit bien humblement).

Je suis conscient que c’est un peu spécial, à l’ère du Selphie obligatoire et continuel. Non je ne trippe pas de me voir la face en photo, je ne suis pas en amour avec mon image, loin de là. Je trouve ça juste amusant, ça change de la routine. Ça fait rire le monde. Ils rient de ma photo où de moi, c’est selon. Et c’est correct pour moi.

Ah mais je n’ai rien inventé, il y a de nombreux grands peintres de la Renaissance qui ont pratiqué cet art. C’était de l’Art pour de vrai à cette époque. Il y a aussi de grands photographes ont fait cela dès le 19ième siècle, jusqu’à nos jours. Il y en aurait trop pour les nommer.

Pour ma part, l’autoportrait me permet de me retrouver dans la peau d’un personnage. Un personnage dont j’ai imaginé l’apparence, la personnalité… tout cela faisant partie d’une mini « mise en scène ». Quelques fois, j’aurai assemblé un décor et ajouté un éclairage artificiel. Souvent, je porte un costume ou un déguisement. L’objectif ultime est de faire passer une émotion et un message, mais ça reste léger et amusant la plupart du temps . Attention, ce n’est rien de facile, ni immédiat. Il y a des défis techniques, il faut y penser et trouver une bonne idée. Il faut régler tout les détails et surtout se mettre à l’ouvrage. Parfois c’est rapide et d’autres fois c’est un travail un peu plus long. En résumé, c’est beaucoup plus qu’une « face de canard » devant le Château!

Quand on a fait quelques autoportraits, on comprend un peu plus les personnes qu’on photographie, on a vécu leur insécurité et leur malaise. C’est un peu comme tester un médicament sur soi-même. Mais ne vous inquiétez pas, l’autoportrait est sans danger pour la santé! Pratiquez le sans contrainte et avec plaisir, tout comme moi!

Le N&B, pourquoi ?

Parce que j’aime ça, je sais pourquoi j’aime ça, mais c’est comme ça.

Parce que c’est plus créatif. Le N&B est en opposition avec la réalité, on voit en couleur, donc c’est réellement un effort qu’on doit faire quand on regarde une une image sans couleurs. Ça nous permet donc de prendre des libertés et d’interpréter l’image comme on veut par la suite. J’aime quand c’est bien contrasté, des blancs purs et des noirs purs.

Ce qui fait qu’on doit se concentrer sur la composition, la texture et les lignes. Et ça c’est cool!

De plus, la couleur est souvent un obstacle, quelque chose qu’il faut contrôler ou équilibrer. Autant s’en débarrasser et faire à sa tête.

Dans les prochaines semaine je vais en faire beaucoup du N&B, j’ai bien hâte.

Atelier Macro-Photographie

Cela faisait plus de 2 ans que je n’avais pas mis à jour ce site web, il était plus que temps que je m’y remette ! À l’époque je voulais refaire mon site pour qu’il soit plus beau, alors j’avais arrêté d’alimenter celui-ci. Mais malheureusement le projet ne s’est jamais concrétisé. Dernièrement j’ai décidé de recommencer à l’alimenter de façon plus régulière.

Donc, allons y avec la journée d’hier quand j’ai eu le plaisir de participer à un atelier de Macro-Photographie organisée par le Club Photo Dimension. Cela m’a permis de pratiquer des techniques et d’apprendre de nouveaux trucs. Alors voici donc quelques photos de cette journée. Merci aux gens qui ont pris le temps de préparer tout cela, c’est généreux de votre part et c’est très apprécié!!! : Merci Michel Pézolet, Nicole Barge, Jacques Breton, Michèle Roy et Claudel Lemieux.

Une demie-année

La première moitié de l’année 2016 se termine aujourd’hui. Le temps passe tellement vite. Depuis les 6 derniers mois, et même un peu plus, je publie une photo chaque jour. J’ai manqué seulement une journée, hier, car j’étais trop fatigué et je me suis endormi sur le divan…. Tant pis, il en manqueras une.

Demain c’est la fête du Canada et le début d’une fin de semaine de camping avec des amis…. vive l’été et bon week-end !

 

GD-NSB-20160630-1

 

La Fringale

Ce soir j’avais une petite fringale. Ce qui fait que je me suis lancé dans une petite exploration du frigo. C’est fou ce qu’on peut trouver dans un frigo. Des choses qu’on ne savait pas qu’on avait. Il y a aussi des choses qui étaient parfaitement bonnes hier, et qui tout à coup nous semblent douteuses, voire pourries. Vaut mieux ne pas toucher à ça et laisser ça au prochain, lui ou elle s’occupera de le jeter. Probablement, je l’espère. C’est surtout dans le fond, derrière la pinte de lait et le pot de jus. C’est comme un territoire inexploré, une jungle dense….. encore une fois, je ne me risque pas trop, j’ai peur de ce qu’il y a au fond. Je me rappelle dans le temps, Pierre Légaré avait fait un monologue sur les dates d’expiration du yogourt, il se demandait: qu’est-ce qu’il se passe dans le pot pendant la nuit avant l’expiration ? En tout cas, me demandez pas d’enquêter là-dessus. Pour ce soir, je vais me contenter d’un bout de fromage ou d’un verre de lait, c’est sur le bord et facile à attraper.

GD-NSB-20160628-1

Le Bal

De nos jours, le bal de finissant du secondaire ce n’est plus une petite affaire. C’est rendu plus flyé, officiel et coûteux que ce que j’ai eu à l’université il y a 25 ans. Surtout pour une fille. Il faut se commander (des mois à l’avance), une robe de bal digne d’un Princesse. S’acheter des souliers à talons hauts, même si on ne sait pas marcher avec ça ! Il faut prendre un rendez-vous pour se faire poser des faux-ongles.  Le jour du bal, on se lève de bonne heure pour allez se faire coiffer et maquiller. Ensuite, il y a l’avant-bal. C’est à dire qu’un groupe d’amis se rencontrent en quelque part pour prendre un verre de mousseux, et prendre une multitude de photos de toutes la façons possibles et imaginables. Ensuite c’est la limousine qui nous amène au Château Frontenac. Bon c’est ici que le vrai bal commence. Cocktail numéro 2, souper banquet…… encore quelques photos et ensuite une soirée dansante. C’est là qu’on a décroché moi et mon épouse. On était épuisés et morts de chaleur ! Mais attention c’est pas fini. Il y a ensuite l’après-bal. En quelque part dehors (c’est un secret), aller et retour en bus pour des raisons de sécurité. Le texto est rentré ce matin, vers 5h pour aller chercher la princesse, qui avait enfin fini son bal de finissants !!!

GD-NSB-20160626-1